thème : Réflexion Organisé par :

vendredi 6 octobre 2017 à 18h

Rencontre Hirak-Amussu », mouvement populaire du Rif.

Depuis octobre dernier, le Maroc vit au rythme d'une importante contestation populaire qui agite la région du Rif.

Longtemps marginalisé, historiquement rebelle et majoritairement berbère, ce territoire pauvre du nord du pays revient ainsi sur le devant de la scène, un demi-siècle après les évènements qui ont vu l'armée marocaine réprimer dans la violence le moindre foyer de révolte. Les acteurs ont changé, mais les revendications sont les mêmes: les problèmes liés à la pauvreté restent le principal motif de mécontentement et la première motivation des émigrés qui partent pour d'autres régions plus prospères du Maroc ou en Europe, où vit une importante diaspora rifaine.

La contestation est partie de la ville d'Al Hoceĩma après la mort atroce de Mouhcine Fikri, un vendeur de poisson, broyé vivant dans une benne à ordures sous les yeux des policiers qui venaient de lui confisquer sa marchandise pour avoir refusé de payer un pot de vin.

La révolte est désignée sous le terme de « Hirak » et porte des revendications sociales vitales pour la population, concernant les services de santé, d'éducation et les infrastructures qui font défaut.

Pour étouffer le mouvement, le régime a procédé à l'arrestation de dizaines de militants, dont le leader Nasser Zefzafi incarcéré depuis le 29 mai dernier. Des militants ont été emprisonnés voire torturés, des milliers de policiers et de militaires sont déployés, les rassemblements ont été interdits et dispersés violemment. Ces derniers jours, plusieurs meneurs du Hirak, emprisonnés dans l'attente de leur procès, ont entamé une grève de la faim ...

Vendredi 6 octobre, décryptage de la révolte du Rif avec, entre autres, Oumayma hammadi et Oualid Adlouni.

Réagir

informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs

Réagir

Vous pourriez avoir envie de réagir pour

  • indiquer une erreur ou un changement ;
  • signaler que, selon votre interprétation de la charte, cet évènement ne devrait pas figurer sur Démosphère ;
  • proposer un partage de voiture via la diffusion d'une annonce de covoiturage-libre.fr vers ce rendez-vous ;