thème : Réflexion Organisé par :

mercredi 21 novembre 2018 à 19h

Discussion Se défendre! #1 Antiterrorisme & politique carcérale

Dans le cadre de la campagne Stop Repression, les JOC de Liège vous invite à une première soirée avec Marc Néve, avocat pénaliste. La discussion sera introduite par Chedia Le Roij, autrice de "Lutte contre le terrorisme et fabrique de populations indéfendables" (Revue Nouvelle, 2018, n°3)

Aujourd'hui en Belgique, l'évocation du "terroriste" fait tout de suite surgir l'image des attentats du musée juif de Bruxelles, ceux du Bataclan, ou encore du métro Maelbeek et de l'aéroport de Zaventem. Depuis 2001 et les attentats du World Trade Center, et avec une accélération depuis quelques années, les images de ces évènements tragiques justifient une série de législations et de mesures de répression et de surveillance. Mais les populations ciblées par ces mesures dépassent de loin ce qui dans l'image du public représente « le terroriste » prêt à tirer dans le tas.

Aujourd'hui en Belgique, l'évocation du « terrorisme » ou de « radicalisme » justifie la mise sous surveillance, la perquisition, la poursuite pénale, l'enfermement et la mise à l'isolement parfois en l'absence de faits matériels à reprocher aux individus visés. Elle transforme aussi dramatiquement les marges de manœuvres des avocats de la défense qui dans certains cas se trouvent face à un parquet tout puissant et des juges soumis.

Nous invitons Marc Nève pour discuter de la mise en pratique de ces législations et mesures dans le cadre des procès en antiterrorisme et de la politique carcérale. Marc Nève est avocat pénaliste à Liège où il traite de certaines des affaires en antiterrorisme qui y sont déférées et s'est spécialisé dans la défense des détenus.

En espérant que la discussion puisse nous rendre un peu plus intelligent sur comment fonctionne l'antiterrorisme et ce qu'il produit.

Source : message reçu le 15 novembre 16h

Réagir

informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs

Réagir

Vous pourriez avoir envie de réagir pour

  • indiquer une erreur ou un changement ;
  • signaler que, selon votre interprétation de la charte, cet évènement ne devrait pas figurer sur Démosphère ;
  • proposer un partage de voiture via la diffusion d'une annonce de covoiturage-libre.fr vers ce rendez-vous ;