dimanche 9 mai 2021 à 14h30

Manifestation Contre le Centre Fermé de Vottem

Toujours en résistance !

« Votre politique de migration solidaire et humaine, vous pouvez la prendre et la mettre à la poubelle, il n'y en aura plus dans les trente prochaines années. », Sammy Mahdi, nouveau Secrétaire d'Etat à l'asile et à la migration, interviewé dans Le Soir le 16/ 11/2020 (https://plus.lesoir.be/337934/article/2020-11…)

NON NON NON ! NOUS NE L'ACCEPTONS PAS !

OUI OUI OUI toujours en résistance face à l'illégitime, les centres fermés pour étrangers et les expulsions !

Nous vous invitons à rejoindre la marche annuelle du CRACPE ce 9 mai, jusqu'au centre fermé de Vottem. Il y a un an, nous avions dû annuler notre manifestation, pour raison de confinement, ce n'était que partie remise ! Cela ne nous a pas empêché de maintenir notre présence auprès des détenus : les samedi à Vottem, au quotidien avec notre permanence téléphonique, avec des recharges téléphoniques, et avec un rassemblement le 24 décembre…
Depuis 22 ans nous poursuivons notre mobilisation inlassable pour rendre visible et dénoncer cette politique d'enfermement et d'expulsion, et nous n'allons pas arrêter alors que cette invisibilité est encore accrue en période de Covid ! Un centre fermé c'est une prison qui cache son nom, qui tente de briser au quotidien, physiquement et psychologiquement, par tous les moyens, les capacités de s'opposer à une expulsion.

En 2019 environ 9000 personnes ont été « éloignées de la Belgique. Ces personnes n'ont pu obtenir l'asile ici du fait de la politique restrictive de nos gouvernements en matière d'asile et d'immigration. Elles ont été renvoyées vers l'insécurité politique, sociale, économique, climatique qu'elles ont fuie, vers la guerre… les discriminations, souvent au péril de leur vie.
Parmi ces personnes la majorité sont passées par un centre fermé, soit une prison pour étrangers, sans jugement, simplement parce qu'elles n'avaient pas ou plus de titre de séjour. Sur une année ce sont environ 1000 personnes qui sont détenues à Vottem.

En 2020 il y a eu la COVID. Une partie des détenu.e.s des centres fermés ont été libérés dans un premier temps pour diminuer la promiscuité dans les centres et à cause des fermetures de frontières. Une autre partie a retrouvé la liberté grâce au travail acharné d'avocats engagés, le CRACPE les en remercie ! Mais certain.e.s sont restés enfermé.e.s, dans un cadre de règles sanitaires peu respectées, avec une très forte limitation des visites (à certains moments complètement supprimées) et ce pendant de très longs mois, puisque de fait les possibilités d'expulsion sont très réduites (vols supprimés, ambassades qui ne délivrent pas les laissez-passer et toujours certaines frontières complètement fermées) ! Ces personnes sont donc encore détenues aujourd'hui.

En 2020 la déclaration gouvernementale Vivaldi a prévu d'augmenter le nombre de détentions et d'expulsions, en appliquant le master plan de Théo Francken, du gouvernement précédent !

« Le gouvernement prévoira les moyens nécessaires pour rencontrer une capacité suffisante pour le rapatriement des personnes en séjour illégal dans de bonnes conditions de vie. Le master plan sera amélioré tout en respectant le timing de telle sorte que les besoins soient rencontrés. » (30 septembre 2020)

Une fois la pandémie ralentie, détentions et expulsions reprendront de plus belle. Ce master plan prévoit la création de plusieurs centaines de nouvelles places en centres fermés : celui d'Holsbeek a déjà été ouvert il y a deux ans, 40 femmes peuvent y être détenues. Il est prévu d'ouvrir deux nouveaux centres à Jumet, et à Zandvliet (près d'Anvers). Le nouveau secrétaire d'Etat Sammy Madhi, et le gouvernement Vivaldi, marchent dans les pas de leurs prédécesseurs !

Cela porterait le nombre de places disponibles en moyenne dans les centres fermés à 1000 (578 places en 2018). L'objectif du master plan est aussi d'expulser 1000 personnes de plus chaque année.

Nous rappelons nos revendications :

  • Suppression des centres fermés pour étrangers
  • Arrêt des expulsions
  • Pour une politique d'asile et d'immigration qui respecte les Droits Humains
  • Pour la régularisation des sans-papiers !

Marchons ensemble ce 9 mai jusqu'à Vottem, camp de la honte, rendez-vous dès 14 heures Place Saint-Lambert à Liège !

Au lendemain du 8 mai, pour rendre hommage à la résistance au nazisme au nom de la défense des Droits Humains aujourd'hui, la manifestation passera par l'Enclos des Fusillés à la Citadelle, où il y aura un dépôt de fleurs à 15 heures.

---

La marche contre le centre fermé de Vottem ce dimanche 9 mai a été interdite,le rassemblement autour du centre fermé étant autorisé, rejoignons-nous là-bas pour nous faire entendre ! 22 ans, je ne l'accepte toujours pas ! Les autorités liégeoises ont interdit (décision notifiée ce vendredi !) la marche entre la Citadelle et le centre fermé. Elles suivent au pied et à la lettre les arrêtés fédéraux et ceux du gouverneur de province. Et ce malgré tout le protocole sanitaire prévu, le temps consacré depuis plus de 2 mois à préparer cet événement dont elles étaient informées, et les mesures de sécurité que nous cherchions pour chacun.e... L'espace public n'est toujours pas accessible aux manifestations politiques (entendez « en déplacement ») ! Le CRACPE a décidé de ne prendre aucun risque, notamment pour les nombreux sans-papiers qui participent à l'événement, et donc de ne pas maintenir la marche.. Nous nous insurgeons contre cette situation. Nous ne comprenons pas qu'alors que l'on rouvre les terrasses, les parcs d'attraction, que beaucoup de monde circulera en ville et ailleurs, avec en plus un beau week-end qui s'annonce, on ne puisse pas marcher ensemble pour des revendications justes ! On peut avoir du monde qui circule dans les galeries commerçantes et au centre-ville, mais on ne peut circuler pour appliquer le droit à la liberté d'expression sociale et politique . On ne peut pas non plus avoir une liberté d'expression culturelle ! Le CRACPE s'inscrit pleinement dans la solidarité avec « Standing for culture ». En conséquence, nous proposons d'être présent.e.s à quelques un.e.s , symboliquement, à 14h30 à la Citadelle pour rendre hommage à la résistance au fascisme et au nazisme, en lien avec nos résistances d'aujourd'hui. Nous déposerons des fleurs à l'Enclos des Fusillés, en présence d'un représentant des Territoires de la Mémoire qui dira quelques mots. Ensuite chacun.e rejoindra, par ses propres moyens, à pied, à vélo, en voiture, ou en bus? le rassemblement à Vottem à 15h30. Nous proposons aux délégations venant des autres villes de Belgique de nous rejoindre directement à Vottem, afin de leur éviter un déplacement qui n'a plus beaucoup de sens sans manifestation. C'est donc à 15h30 et à Vottem que nous vous appelons toutes et tous à un grand rassemblement ! C'est là que nous devons être très nombreux, pour être visibles des détenus, qui nous verront de leurs fenêtres, et faire résonner les prises de parole (de partout en Belgique, avec des témoignages des associations de sans-papiers, des soutiens, et de détenus), les musiques, les chants. Amenez vos musiques, vos tam-tam, vos chants, vos sifflets et vos casseroles, qui se répartiront tout autour du centre, grâce à plusieurs sonorisations, et faisons-nous entendre ! Notre présence sera là d'abord pour un soutien aux détenus, pour dénoncer l'inacceptable que sont les centres fermés, les expulsions et la politique de l'Europe-forteresse, ainsi que les mesures annoncées dans l'accord de gouvernemental VIVALDI qui intensifient les détentions et éloignements , mais aussi pour réaffirmer notre droit à manifester, aux libertés démocratiques ! Notre manifestation se fera dans le respect de toutes les mesures sanitaires. Nous formerons des groupes de 50 autour du centre jusqu'à 17 heures.